Mon parcours de maman

On ne sait pas lorsque l’on tombe enceinte, quel genre de maman/parent nous deviendrons.

Mais déjà enceinte, je voulais faire au mieux : avec le papa nous avions pratiqué l’haptonomie. J’avais beaucoup lu sur divers sujets très actuels (neurosciences, éducation positive). Je m’étais mis une forte pression et concernant le sommeil comme beaucoup de parents, je pensais qu’il était normal de ne plus dormir… du tout… pendant de longs mois.

Lorsque mon fils, Félix est né, j’ai tout de suite été ultra maternante. J’étais un peu perdue, comme beaucoup de mamans. Submergée par des conseils et informations contradictoires, je ne me faisais pas toujours confiance. Je n’osais pas me plaindre de ma fatigue extrême.

Notre bébé pleurait beaucoup. Dès la maternité, son tempérament, son besoin d’être porté 24h/24 et ses pleurs inconsolables, tout cela n’entrait que trop bien dans la définition des coliques du nourrisson ou du « BABI » : bébé aux besoins intenses. Je n’aime pas coller des étiquettes mais pour le coup, cela m’avait aidé : cela ne venait pas de moi.

Avec le recul, je sais que je n’ai pas toujours su trouver les bons compromis ou prendre les décisions qui auraient été les plus adaptées à mon fils, à NOUS.

Je suis passée par là…


Mon mari et moi pensions que notre bébé avait toujours des coliques à 9 mois, l’empêchant de dormir plus de 2h consécutives (lors des nuits les plus difficiles les réveils étaient toutes les 1/2 heures). Nous étions désespérés.

Au lieu de s’améliorer vers les 3-4 mois, cela devenait de plus en plus difficile.

Nous avions TOUT essayé pour faciliter sa digestion, et nous avions aussi arrêté d’essayer, on nous disait que ça passerait.

En réalité, nous faisions fausse route ! Notre bébé n’avait plus de coliques. En revanche, il n’avait jamais appris à s’endormir de façon autonome et lors de réveils naturels entre les cycles de sommeil, il n’arrivait pas se rendormir seul ce qui occasionnait des pleurs. Ses pleurs étaient plus souvent difficiles à consoler (malgré le cododo, l’allaitement à la demande et même les bercements). Une partie de la nuit nous devions marcher, en se relayant toutes les 2 heures, parfois nous avions de la « chance » et nous pouvions rester assis.

Je ne comprenais plus : comment, en lui proposant un maternage proximal, pouvait-il encore pleurer ? Pourquoi ?

Lorsque nous avons enfin mis le doigt sur le réel problème grâce à un pédiatre gastro-entérologue, nous avons d’abord essayé de changer nous mêmes ses habitudes de sommeil, mais la situation ne s’améliorait pas. Nous avons donc très vite fait appel à une aide extérieure : nous devions changer des habitudes bien établies mais nous ne savions absolument pas comment nous y prendre. Il était hors de question d’utiliser des méthodes brutales et nous avions besoin d’être guidés.

L’une des meilleures décisions de notre vie

Cet accompagnement a été salvateur. J’ai compris que je n’avais pas eu totalement
conscience des réels besoins de mon enfant jusqu’alors. Je lui offrais sans cesse les mêmes réponses et si un temps cela lui convenait, au bout d’un moment, il m’a fait comprendre qu’il fallait que je trouve LA réponse à ce besoin que je n’avais pas identifié.

Au bout de la deuxième nuit du programme, mon fils faisait sa première nuit sans interruption. Nous avions stressé toute la nuit et n’avions pas fermé l’oeil pensant qu’il y avait un problème ! Notre cas semblait extrême et pourtant tout est allé très vite, cela n’a que confirmé que cette situation ne lui convenait également plus

Les nuits, les siestes tout s’est consolidé très rapidement et tout est devenu simple. Notre vie a changé ! Nous avons pu prendre du temps pour nous, et avons commencé à vivre notre parentalité d’une toute autre façon. Notre bébé était plus reposé, fini les multiples réveils et surtout fini les pleurs !

Depuis qu’il a 12 mois, je vois clairement la différence dans son comportement lorsqu’il est reposé et lorsqu’il ne l’est pas assez. Je me remercie alors pour ce changement dans nos habitudes car je sais que cela aurait pu continuer longtemps ! Le voir bien dormir et faire SES nuits (et pas les miennes) est ma plus belle récompense.

J’ai, en outre, pu continuer l’allaitement sans aucun soucis alors que c’était principalement ce qui l’aidait à s’endormir auparavant. Rapidement, il faisait la distinction entre moments de repas, moments de câlins, et moments pour dormir.

Mon objectif maintenant est d’atteindre votre objectif

C’est mon parcours de maman m’a mené à me former sur le sommeil de l’enfant. Je souhaite donc à mon tour aider les parents connaissant des difficultés similaires. Pour cette raison, j’ai décidé de suivre l’une des meilleures et plus complètes formations au monde, la formation Sleep Sense™  par Dana Obleman.
L’approche enseignée lors de cette formation a déjà aidé plus de 100 000 familles à travers le monde par le biais de ses consultantes expertes en sommeil formées en continue.
Mon but, vous guider pas à pas vous et votre famille sur le chemin du sommeil pour atteindre votre destination rêvée. Une destination où le sommeil, le repos, les rêves sont privilégiés pour que votre vie change également !

Votre vie actuelle ressemble de près (ou de plus loin) à ce que j’ai connu ? N’hésitez pas à me faire part de votre propre expérience et situation actuelle. Nous prendrons le temps d’échanger et je pourrais vous aider à évaluer votre situation.